Time For Oceans (chantier) : Gagner en performance avec le moins d'impact environnemental

By in
129
Time For Oceans (chantier) : Gagner en performance avec le moins d'impact environnemental
© Alexis COURCOUX

Time For Oceans entre en chantier

Gagner en performance tout en limitant l’impact environnemental 
Arrivé vendredi dernier à Lorient après un convoyage depuis Salvador de Bahia, l’IMOCA Time For Oceans a été démâté et déquillé dès le lendemain. Stéphane Le Diraison et son équipe travaillent activement pour que le bateau puisse entrer au chantier Multiplast (à Vannes) dès la mi-décembre. Outre l’implantation de foils, les travaux entrepris seront conséquents afin de rendre cet IMOCA plus performant. Le tout dans une démarche écoresponsable originale, qui intègre dans le cahier des charges des contraintes environnementales.
Les explications avec Stéphane Le Diraison.
© AlmoFilm

C’est parti pour quatre mois de travaux !

A l’issue d’un convoyage sans encombre depuis le Brésil, suite à la Transat Jacques Vabre, l’IMOCA Time For Oceans a retrouvé son port d’attache de Lorient vendredi dernier (06/12).« Nous avons constitué une “équipe commando“ pour accueillir le bateau qui a été démâté et déquillé dès samedi. Il faut désormais tout remettre en ordre, démonter l’accastillage et les nombreux éléments électriques et électroniques du bord », nous explique Stéphane. L’objectif est que le bateau soit prêt pour entrer au chantier Multiplast, à Vannes, entre le 13 et le 16 décembre. Suivra une trêve de Noël bien méritée pour le skipper Boulonnais et son équipe, avant que les travaux commencent début janvier.

Une job list est bien remplie.

L’optimisation la plus visible sera l’implantation de foils, en lieu et place des dérives droites. Mais il est également prévu une refonte totale de l’ergonomie du cockpit et du roof avec une vraie casquette de protection, l’installation de safrans neufs et une nouvelle répartition des ballasts. Le tout dans un souci permanent d’allégement général.« Nous avons bien anticipé ce chantier depuis six mois ce qui nous permet de maîtriser le timing. Nous sommes très rassurés sur cet aspect et nous savons que nous respecterons le délai de quatre mois de travaux », précise le navigateur originaire d’Hennebont.A sa sortie de chantier, mi avril, Time For Oceans aura pris un bon coup de jeune, avec un important gain en performance espéré.
© TIME FOR OCEANS

Limiter l’impact environnemental

Pour être en phase avec son message et ses convictions, Stéphane a souhaité engager ce chantier avec une démarche écoresponsable forte.« Nous souhaitons limiter l’impact environnemental notamment en augmentant la durée de vie de plusieurs éléments », explique-t-il. « Cela passe entre autre par la récupération de pièces existantes comme les puits de foils de l’ex Maître CoQ (avec lequel Jérémie Beyou a terminé 3e du Vendée Globe 2016-2017, NDR). Par ailleurs, les moules de winches sont en acier ce qui permettra de les recycler. Pour le roof, nous avons mutualisé le moule avec Damien Seguin qui entreprend également des travaux sur un bateau similaire au mien. Cela permet de diviser l’impact par deux. Nous avons aussi prévu de donner, les dérives et les safrans, ce qui permettra à tout ce matériel d’avoir une nouvelle vie, au lieu d’être jeter. »

Une nouvelle dynamique !

Ce chantier écoresponsable a valeur de test en vue de projets bien plus ambitieux ! « Nous lançons une dynamique », déclare Stéphane !« Nous allons beaucoup apprendre dans les mois à venir. Notre but est de rechercher des solutions de conception et de mises en œuvre de bateaux intégrant totalement la contrainte environnementale. Nous allons partager, transmettre, communiquer sur ces démarches pour montrer les difficultés réelles et concrètes que nous rencontrerons. Il faut y aller pleinement, mettre le nez dedans, tester différents types de matériaux pour voir ce qu’il est possible de faire. » Pour faire avancer cette nouvelle dynamique, Stéphane est train de mettre en place un comité de pilotage composé de personnes compétentes et qualifiées.Pour l’équipe Time For Oceans, le but est vraiment d’agréger le plus de savoir faire et de connaissances dans cette démarche. « Nous voulons que ce projet soit collaboratif », confirme Stéphane. « Nous allons notamment collaborer main dans la main avec d’autres skippers impliqués dans ces thématiques. Nous avons besoin de travailler ensemble pour trouver des solutions ! »
© TIME FOR OCEANS
Stéphane sera présent au NAUTIC de Paris (7-15 Dec.) pour partager sa connaissance de la mer et sensibiliser à la protection des océans.
© TIME FOR OCEANS

Agenda 2020 Time For Oceans :

  • Janvier/Février/Mars/Avril >> Chantier
  • Mai >> The Transat (départ 10/05/20)
  • Juin >> New York-Vendée (départ 16/06/20)
  • Juillet/Aout >> Chantier
  • Septembre/Octobre >> Entrainement
  • Novembre >> Vendée Globe (départ 08/11/20)
© Alexis COURCOUX
54321
(0 votes. Average 0 of 5)